Cancer du sein : types

Cancer du sein : types

Partager sur :

   Tweet   

0 838

Le cancer du sein commence habituellement dans les cellules des conduits galactophores (cancer canalaire) ou dans les lobules (cancer lobulaire). En outre, il y a encore un certain nombre d'autres formes rares de cancer du sein. 15% à 20% des cancers du sein appartiennent à la catégorie des cancers non invasifs, également connu sous le carcinome in situ. Ce sont de petites excroissances qui ne se sont pas (encore) développées au-delà des limites du canal galactophore ou de la glande mammaire. Les cancers plus avancés sont appelés invasifs ou infiltrants. Ils sont propagés bien au-delà des limites du canal galactophore ou de la glande mammaire dans laquelle ils commencent à se développer. Une tumeur maligne de la glande est également appelé adénocarcinome. Presque tous les cancers du sein sont des adénocarcinomes. "Adénocarcinome" est souvent utilisé comme synonyme pour les deux carcinomes canalaires comme carcinome lobulaire.

Les divers types de cancers du sein évoluent de façon différente :

Cancer non invasif

  • Carcinome canalaire in situ (CCIS) :

C’est le type le plus fréquent de cancer du sein non invasif chez la femme.

Le carcinome canalaire in situ (CCIS) est un cancer à un stade très précoce qui se produit dans un canal galactophore. Il est non invasif, ce qui signifie qu'il n'est pas encore étendu au-delà des limites du canal galactophore dont il est originaire. Il ne peut donc pas s’être propagé aux ganglions axillaires de l'aisselle ou à d'autres parties du corps.

Il existe plusieurs types de CCIS. S'ils ne sont pas éliminés, certains vont se développer en carcinome invasif, alors que d’autres n’évolueront jamais à ce stade. Le carcinome canalaire in situ se guérit très bien.

  • Carcinome lobulaire in situ (CLIS)

Le carcinome lobulaire in situ (CLIS) est une tumeur non invasive qui se pose dans une glande mammaire et n’est pas (encore) développée au-delà de ses limites. On suppose que le CLIS est un avertissement d'un risque accru de cancer. Les femmes qui ont (eu) un CLIS ont environ 1% de probabilité par an de développer un cancer du sein. Le cancer du sein peut être aussi bien un canalaire invasif qu’un carcinome lobulaire invasif.

Cancers invasifs ou infiltrants

Ces formes de cancer envahissent les tissus autour des canaux de lactation, mais demeurent à l’intérieur du sein. Par contre, si la tumeur n’est pas traitée, elle peut se disséminer à d’autres parties du corps (par exemple, les os, les poumons ou le foie) en générant des métastases.

  • Carcinome canalaire

Dans les stades plus avancés, les cellules cancéreuses du sein croissent en dehors des limites des canaux ou lobules galactophores et commencer à pénétrer dans le tissu environnant.

Le carcinome canalaire invasif (également connu sous le carcinome canalaire infiltrant) est le type le plus commun de cancer du sein. Plus de la moitié de tous les cancers du sein sont de ce type. Le carcinome canalaire invasif se ressent comme une boule dure (presque comme une pierre). Il se propage aux ganglions axillaires de l'aisselle et a le plus mauvais pronostic de tous les types de carcinomes canalaires.

  • Carcinome lobulaire

Les cellules cancéreuses apparaissent dans les lobules regroupés dans les lobes. Puis, elles traversent la paroi des lobules et se disséminent dans les tissus environnants;

Ce type de carcinome canalaire invasif semble à première vue bien limité, mais parfois se propage aux ganglions axillaires. Les tumeurs de ce type peuvent être importantes, mais elles ont un meilleur pronostic que le carcinome canalaire invasif. Environ 5 à 7% de tous les cancers du sein sont de ce type.

  • Carcinome mucineux ou colloïde

Ce type de carcinome canalaire invasif est constitué d'un nodule de type gélatineux. La tumeur se développe lentement, mais peut devenir très importante au fil du temps. Ce type de cancer du sein a un très bon pronostic. Environ 3% des cancers du sein sont de ce type.

  • Carcinome tubulaire

Ce type de cancer produit beaucoup de petites glandes et des tubes qui ressemblent fortement aux glandes mammaires et canaux galactophores normaux. Ce cancer s’étend souvent aux ganglions axillaires de l'aisselle et a un très bon pronostic.

  • Carcinome inflammatoire

Un cancer rare qui se caractérise principalement par un sein qui peut devenir rouge, enflé et chaud. La peau du sein peut aussi prendre l’aspect d’une peau d’orange. Ce type de cancer progresse plus rapidement et est plus difficile à traiter.

  • Maladie de Paget

Un cancer rare qui se manifeste par une petite plaie au mamelon qui ne guérit pas.

Rédigée par : DoctiMaroc

Partager sur :

   Tweet   

0 838

Commentaires
gehard255

Témoignage sur la façon dont j'ai été guéri du virus de l'herpès J'ai reçu un diagnostic d'herpès génital depuis 2 ans et je cherche un remède. J'ai lu sur cette plateforme le témoignage d'une femme qui a été guérie du diabète avec le docteur Ahmed Usman Herbal Medicine après de nombreuses discussions et quelques questions qu'il a préparées en phytothérapie et m'a demandé mon adresse. 3 jours plus tard, j'ai reçu le médicament à base de plantes et avec sa prescription, y compris l'adresse e-mail officielle du médecin. J'ai contacté le médecin via son cription et j'ai bu des médicaments à base de plantes pendant 21 jours. Après avoir terminé la phytothérapie, j'ai fait un test et mon résultat IgG a été confirmé négatif et aucun virus n'a été trouvé dans mon sang. Contactez le docteur Ahmed et laissez-vous guérir. envoyez-lui un courriel à; drahmedusman5104@gmail.com ou envoyez-lui un SMS WhatsApp +14436204203. Il a des remèdes à base de plantes pour le diabète, l'hépatite, le cancer, la leucémie, la fibrose

0

Articles similaires :


Mammographie

Mammographie

Cancer du sein : Les stades

Cancer du sein : Les stades

Le cancer du sein : Facteurs de risque

Le cancer du sein : Facteurs de risque

Le cancer du sein

Le cancer du sein

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate

L'alimentation et le cancer

L'alimentation et le cancer