Le cancer du sein

Le cancer du sein

Partager sur :

   Tweet   

0 1122

Un cancer du sein résulte d'un dérèglement de certaines cellules qui se multiplient et forment le plus souvent une masse appelée tumeur. Il en existe différents types qui n’évoluent pas de la même manière. Certains sont « agressifs » et évoluent très rapidement, d’autres plus lentement. Les cellules cancéreuses peuvent rester dans le sein. Elles peuvent aussi se propager dans d’autres organes ce qui est une situation encore plus menaçante. On parle alors de métastases. Dans la majorité des cas, le développement d'un cancer du sein prend plusieurs mois, voire plusieurs années.

Le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes à travers le monde, autant avant qu’après la ménopause. Une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer du sein au cours de sa vie et 1 femme sur 27 en mourra.

Le plus souvent, le cancer du sein survient après 50 ans. Le taux de survie 5 ans après le diagnostic varie de 80 % à 90 %, selon l’âge et le type de cancer.

Le nombre de personnes atteintes a progressé légèrement mais régulièrement, au cours des 3 dernières décennies. Par contre, le taux de mortalité a continuellement diminué au cours de la même période, grâce aux progrès réalisés en matière de dépistage, de diagnostic et de traitement.

Mentionnons aussi que les hommes peuvent aussi en être touchés ; ils représentent 1 % de l’ensemble des cas.

Le sein

La fonction biologique du sein est de produire du lait afin de nourrir un nouveau-né.

Chaque sein contient une glande mammaire (elle -même composée de quinze à vingt compartiments séparés par du tissu graisseux) et du tissu de soutien qui contient des vaisseaux, des fibres et de la graisse. Chacun des compartiments de la glande mammaire est constitué de lobules et de canaux. Le rôle des lobules est de produire le lait en période d’allaitement. Les canaux transportent le lait vers le mamelon.

La glande mammaire se développe et fonctionne sous l’influence des hormones sexuelles fabriquées par les ovaires. Ces hormones sont de deux types : Les œstrogènes et la progestérone.

Le sein est parcouru de vaisseaux sanguins et de vaisseaux lymphatiques. Les ganglions et les vaisseaux lymphatiques composent le système lymphatique qui aide notamment à combattre les infections. Les ganglions lymphatiques du sein sont principalement situés :

  • Au niveau de l'aisselle (ganglions axillaires) ;
  • Au-dessus de la clavicule (ganglions sus-claviculaires); sous la clavicule (ganglions sous-claviculaires ou infra-claviculaires) ;
  • A l'intérieur du thorax, autour du sternum (ganglions mammaires internes).

Facteurs de risque

Le cancer du sein est une maladie multifactorielle. Cela signifie que plusieurs facteurs influent sur le risque de sa survenue. On parle de facteurs de risque.

On connaît plusieurs facteurs de risque du cancer du sein. Cependant, dans la plupart des cas, il est impossible d’expliquer les raisons de son apparition chez une personne en particulier.

On distingue :

  • Les facteurs de risque lié à l’âge : Près de 80% des cancers du sein se développent après 50 ans.
  • Les facteurs de risque liés à nos modes de vie tels que la consommation d’alcool et de tabac, un surpoids ou encore pas ou peu d’activité physique peuvent favoriser l’apparition d’un cancer du sein.
  • Les facteurs de risque liés à certains antécédents médicaux personnels et familiaux.

Symptômes

On appelle symptômes d’une maladie, toute manifestation anormale provoquée par cette maladie. Les symptômes listés ci-dessous ne signifient pas nécessairement qu’il s’agit d’un cancer du sein. Mais si c’est le cas, il est important de le détecter le plus tôt possible. Il est donc recommandé de demander un avis médical dès que l’on repère une anomalie. Il ne faut pas attendre et ne négliger aucun signe inhabituel.

Une boule dans un sein

Une boule ou une masse dans un sein est le signe d’un cancer du sein le plus couramment observé. Cette masse, en général non douloureuse, est le plus souvent de consistance dure et présente des contours irréguliers. Elle apparaît par ailleurs comme « fixée » dans le sein.

Des modifications de la peau du sein et du mamelon

  • une modification de la peau : rétraction, rougeur, œdème ou aspect de peau d’orange ;
  • une modification du mamelon ou de l’aréole (zone qui entoure le mamelon) : rétraction, changement de coloration, suintement ou écoulement ;
  • des changements de forme de vos seins.

Un changement de la taille ou de la forme du sein

Une rougeur, un œdème et une chaleur importante au niveau du sein peuvent être le signe d'un cancer du sein inflammatoire.

Des ganglions durs au niveau de l’aisselle (sous le bras)

Une ou plusieurs masse(s) dures à l'aisselle signifient parfois qu’un cancer du sein s’est propagé aux ganglions axillaires. Les ganglions restent toutefois indolores.

Les autres symptômes

Si le cancer n’est pas diagnostiqué dès l’apparition des premiers symptômes, la tumeur peut grossir et se propager vers d'autres parties du corps, entraînant ainsi d’autres symptômes dits plus tardifs, tels que :

  • des douleurs osseuses ;
  • des nausées, une perte d'appétit, une perte de poids et une jaunisse ;
  • un essoufflement, une toux et une accumulation de liquide autour des poumons (épanchement pleural) ;
  • des maux de tête, une vision double et une faiblesse musculaire.

Diagnostic d'un cancer du sein

Toute suspicion diagnostic de cancer du sein justifie un avis spécialisé sans délai.

Lorsqu'une anomalie est découverte lors d'un examen de dépistage ou qu'une personne présente des symptômes, plusieurs examens doivent être réalisés afin d’établir un diagnostic.

Les examens et les bilans réalisés ont plusieurs objectifs :

  • Affirmer le diagnostic de cancer ;
  • En préciser le type histologique ;
  • En déterminer l’étendue (son stade) et son agressivité ;
  • Recueillir les facteurs prédictifs connus de réponse à certains traitements ;
  • Identifier les contre-indications éventuelles à certains traitements ;

L’ensemble des examens réalisés dans le cadre de ce bilan permet de définir la proposition de traitement la mieux adaptée.

Les examens du bilan initial

Le bilan initial comprend :

  • Une consultation avec un médecin spécialisé dans le traitement des cancers du sein, incluant un examen clinique des seins;
  • Une mammographie des deux seins souvent associée à une échographie des deux seins et des ganglions;
  • Dans certaines circonstances particulières, une IRM mammaire peut également être réalisée;
  • Un examen anatomopathologique de prélèvements réalisés au niveau de l’anomalie. C'est l'examen anatomopathologique des tissus prélevés au niveau de l'anomalie qui établit le diagnostic de cancer du sein. Ce prélèvement au niveau de l'anomalie est le plus souvent réalisé par micro ou macrobiopsies à travers la peau (biopsie percutanée).

Le bilan d’extension

A l’issue de l’examen clinique, de la mammographie et de l’examen anatomopathologique de la biopsie, si les résultats laissent penser que les cellules cancéreuses ont pu migrer vers des parties du corps éloignées du sein malade (métastases), d’autres examens d’imagerie peuvent être réalisés.

Il peut s’agir par exemple d’une radiographie du thorax, d‘une scintigraphie osseuse, d’un scanner, d’une échographie abdominale, ou d’une IRM. Un bilan sanguin complet est réalisé.

Ces examens ne sont pas systématiques pour toutes les patientes et d’autres, non cités ici, peuvent être réalisés.

Traitement

Différents types de traitements peuvent être utilisés pour traiter un cancer du sein : la chirurgie, la radiothérapie, l'hormonothérapie, la chimiothérapie et les thérapies ciblées.

Il arrive parfois qu'un seul type de traitement soit nécessaire. Dans d'autres cas, une association de traitements est utile pour mieux maîtriser la maladie. On peut ainsi, par exemple, réaliser une chirurgie et compléter ensuite le traitement uniquement par une chimiothérapie, ou uniquement par une radiothérapie.

Plusieurs thérapies ciblées sont aujourd'hui utilisées pour lutter contre le cancer du sein. Ces thérapies (trastuzumab, bévacizumab, lapatinib, évérolimus) bloquent des mécanismes spécifiques des cellules cancéreuses.

Le choix des traitements est personnalisé et adapté à chaque patiente. Plusieurs médecins de spécialités différentes se réunissent en réunion de concertation pluridisciplinaire pour discuter des meilleures solutions de traitements possibles. Ils se fondent, pour cela, sur des recommandations de bonnes pratiques.

Dans tous les cas, la prise en charge thérapeutique est définie en accord avec la patiente sur la base de l'avis rendu en réunion de concertation pluridisciplinaire.

La prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutiens dont vous pourriez avoir besoin dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur.)

Les traitements peuvent engendrer des effets secondaires qui font également l'objet d'une prise en charge médicale. Des conseils pratiques peuvent aussi vous aider à les atténuer.

Évolution

Les chances de guérison dépendent du type de cancer et de son stade d’évolution au moment où on entreprend les traitements. Divers facteurs influencent la rapidité à laquelle une tumeur va croître.

Rédigée par : DoctiMaroc

Partager sur :

   Tweet   

0 1122

Commentaires

Articles similaires :


Mammographie

Mammographie

Cancer du sein : types

Cancer du sein : types

Cancer du sein : Les stades

Cancer du sein : Les stades

Le cancer du sein : Facteurs de risque

Le cancer du sein : Facteurs de risque

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate

L'alimentation et le cancer

L'alimentation et le cancer